Comment peut-on à ce point rester sourd aux avertissements de l'humanité en danger?

Désespérément "durs de la feuille", les adeptes d'une symphonie dévastatrice semblent se laisser
orchestrer docilement par les sorcelleries du profit.

Le contrebassiste effaré décide alors de jouer seul sa partition; "Contes, nouvelles ou fables et poèmes choisis, ponctués de vibrations de cordes et âme".

Ainsi, les notes qui se glissent des ouïes deviennent une invitation à tendre la feuille pour un moment de vénération vis à vis de ceux qui, depuis la nuit des temps,

protègent notre si fragile existence:

Les "Arbres".

Un spectacle gesticulé et musical...                                        Contes, nouvelles, poèmes, ponctués de phrases de contrebasse. Dans l’ordre ou le désordre,

selon l’humeur du jour.